On se souviendra d'Archimède quand on aura oublié Eschyle, parce que les langues meurent, mais pas les idées mathématiques. L'immortalité est sans doute un mot creux, mais un mathématicien a probablement plus de chances d'en jouir qu'un autre.

G.H Hardi (1877-1947, Angleterre) 
 


Remarque : Eschyle, né à Éleusis (Attique) vers 526 av. J.-C., mort à Géla (Sicile) en 456 av. J.-C., est le plus ancien des trois grands tragiques grecs.